20-09-2021

Mandat d’arrêt européen: que faire en cas d’arrestation en Italie?

Dans cet article, je souhaite vous expliquer ce qui se passe et ce que vous pouvez faire en cas d'arrestation en vertu d'un mandat d'arrêt européen.

Mandat d’arrêt européen: que faire en cas d’arrestation en Italie?

En cas d’arrestation en Italie pour mandat d’arrêt européen, il est nécessaire de préparer adéquatement une stratégie défensive dès le départ qui peut viser à la libération de la personne arrêtée ainsi qu’à empêcher la remise de la personne au pays qui a demandé la livraison.

Si vous rencontrez ces problèmes et souhaitez bénéficier d’une assistance juridique, vous pouvez contacter un avocat pour mandat d’arrêt européen qui a acquis une expérience considérable dans ces affaires.

Dans cet article je souhaite vous expliquer quoi faire et comment vous défendre en cas d’arrestation en Italie par mandat d’arrêt européen (MAE) afin que cette procédure vous soit plus claire.

Ligne téléphonique H24 pour les urgences +39 338 85 15 424.

Qu’est-ce que le Mandat d’Arrêt Européen?

Le mandat d’arrêt européen (MAE) est un mandat d’arrêt par lequel une personne doit être arrêtée une fois retrouvée dans l’un des États membres de l’Union européenne.

Cela se produit parce qu’une personne est accusée d’un crime et doit subir une détention provisoire en prison ou lorsqu’elle a été définitivement condamnée pour avoir commis un crime dans l’un des pays de l’Union européenne.

En effet, l’arrestation de la personne vise précisément la remise ultérieure de la personne dans le pays où elle aurait commis le crime et pour lequel elle doit être jugée ou, purger sa peine, si le processus s’est terminé par une condamnation définitive.

Dans ces cas donc, le Pays où l’infraction a été commise, après que la personne en question n’a pas été retrouvée sur ce territoire national, délivre un mandat d’arrêt européen qui sera délivré dans tous les États membres de l’Union européenne précisément pour retrouver le personne et l’arrêter.

Que se passe-t-il après l’émission du mandat d’arrêt européen?

Une fois le mandat d’arrêt européen délivré, si la personne est retrouvée dans l’un des États membres de l’Union européenne, la police judiciaire l’arrêtera et la mettra à la disposition de l’Autorité Judiciaire, c’est-à-dire la Cour d’appel de l’Arrondissement dans lequel l’arrestation a eu lieu.

Par exemple, si l’arrestation a eu lieu dans la province de Naples, la personne sera mise à disposition devant les juges de la Cour d’Appel de Naples et ainsi de suite.

Lors de l’arrestation, la police judiciaire qui a procédé à l’arrestation informe la personne qui a le droit de désigner un avocat de confiance afin qu’elle puisse assurer une défense efficace et assurer un soutien juridique adéquat.

Que se passe-t-il après l’arrestation pour le mandat d’arrêt européen?

Si le mandat d’arrêt est délivré par la Cour d’Appel, dans les 5 jours de l’arrestation, le Président, ou le Magistrat délégué, procède à l’audition de la personne arrêtée en l’informant, dans une langue qu’il connaît, du contenu du mandat d’arrestation, l’arrestation européenne et la procédure d’exécution, ainsi que le droit de consentir à leur remise.

L’avocat de la personne arrêtée doit être prévenu au moins 24 heures avant la date prévue pour procéder à l’audition de la personne arrêtée.

La personne sollicitée pour la livraison est également informée que le consentement à la livraison, une fois donné, ne peut être révoqué.

Après avoir entendu la personne arrêtée et son avocat, une audience en chambre du conseil est fixée pour la décision dans un délai de 15 jours.

S’il y a eu une notification dans le système d’information Schengen (SIS) par l’État membre, l’arrestation de la personne recherchée peut être ordonnée directement par la police judiciaire une fois qu’il est constaté que la personne a été retrouvée.

A ce stade, la Police Judiciaire met la personne arrêtée – dans les 24 heures – à la disposition du Président de la Cour d’Appel de l’arrondissement dans lequel l’arrestation a été effectuée.

La personne arrêtée est donc informée de la possibilité de désigner un avocat de confiance sinon un avocat officiel est désigné.

La validation du mandat d’arrêt européen

Après que la Police Judiciaire a arrêté et mis la personne arrêtée à la disposition du Président de la Cour d’Appel, la personne arrêtée est entendue en présence du défenseur dans les 48 heures suivant la réception du procès-verbal d’arrestation.

Si les conditions légales existent, l’arrestation est validée et la mesure de détention provisoire est appliquée, sinon la personne est libérée.

Dans tous les cas, une audience en chambre du conseil est fixée pour la décision de remise de la personne arrêtée dans le délai de 15 jours.

Si la personne ne s’oppose pas à la remise dans le pays qui a délivré le Mandat d’Arrêt Européen, elle sera remise sans délai afin d’exécuter le mandat d’arrêt.

Mais si la personne arrêtée ne veut pas retourner dans le pays qui a demandé son arrestation (et n’a donc pas consenti à se rendre), que se passe-t-il ?

Que se passe-t-il en cas de non-consentement à la livraison?

Dans le cas où la personne arrêtée ne souhaite pas retourner dans le pays qui a demandé son arrestation, la Cour d’Appel fixe l’audience à laquelle elle décide si les conditions d’acceptation de la demande de remise sont réunies.

Lors de cette audition, à la fois la personne arrêtée et son défenseur de confiance sont entendus: pour tenter d’éviter la remise à l’État qui a délivré le mandat d’arrêt européen, il semble opportun de mettre en place une stratégie défensive visant à obtenir une décision défavorable de la cour d’appel sur la livraison et obtenir ainsi la liberté de la personne arrêtée.

Dans ces cas, vous pourriez compter sur un avocat spécialisé en mandat d’arrêt européen en Italie pour éviter la remise conformément à la législation en vigueur sur le mandat d’arrêt européen (il s’agit de la loi numéro 69 de 2005 mise à jour par le décret législatif 10 de 2021).

Dans certains cas, en effet, la livraison peut être évitée et la personne peut retourner en liberté ou purger sa peine en Italie.

Ainsi, en cas de non-expression du consentement, la décision de la Cour d’Appel relative à la remise doit être rendue dans les quinze jours de l’exécution de l’arrestation.

Dans le cas où le mandat d’arrêt européen est incomplet car il ne contient pas les informations nécessaires pour rendre la décision de remise et qu’il est donc nécessaire d’obtenir des informations complémentaires, celles-ci peuvent être demandées en complément par la Cour d’Appel et le délai car la décision de quinze jours peut être prorogée de dix jours supplémentaires.

Une fois toutes les informations nécessaires ont été reçus, dans les temps prévus, s’il n’y a pas de causes faisant obstacle à la remise, la Cour d’appel prononce une sentence avec laquelle elle ordonne la remise de la personne recherchée.

Si, en revanche, la décision est contraire à la remise – par exemple parce qu’il existe des conditions empêchant la remise – la Cour d’appel ordonne la libération en liberté de la personne initialement arrêtée.

Comme prévu, il existe certains cas requis par la loi et que votre avocat spécialisé par un mandat d’arrêt européen doit absolument connaître, dans lesquels la remise ne peut pas être ordonnée.

Lesquels sont-ils ? Je vous les explique tout de suite.

Pourquoi la livraison pourrait-elle être refusée ?

Comme je vous l’ai dit, il existe certains cas dans lesquels la livraison ne peut être organisée: ce sont les motifs dits de refus qui peuvent être obligatoires ou facultatifs.

Ils sont prévus à l’art. 18, 18bis et 18ter de la loi numéro 69 de 2005, c’est-à-dire la loi sur le mandat d’arrêt européen modifiée en dernier lieu par le décret législatif n. 10 de 2021.

Voulez-vous savoir ce qu’ils sont?

Si votre réponse est oui, vous pouvez nous contacter via le formulaire de demande en dessous de cette page ou lire nos autres articles qui traitent plus en détail de la question du refus de livraison.

Notre cabinet d’avocats a déjà traité et résolu plusieurs cas de mandats d’arrêt européens en Italie.

Lisez quelques-uns de nos articles sur ce sujet

Dès lors, pour éviter la remise, il est nécessaire de vérifier si, en cas d’arrestation de la personne en cause, il existe des conditions de refus de remise (obligatoire ou facultative) de manière à pouvoir obtenir une disposition favorable et la libération de la personne arrêtée.

Vous vous demandez que faire si la Cour d’appel a prononcé la décision avec laquelle elle ordonne la remise de la personne arrêtée?

Je vais vous l’expliquer dans le paragraphe suivant.

Que faire si la Cour d’appel a prononcé une sentence en faveur de la remise de la personne arrêtée?

Dans le cas où la Cour d’Appel a prononcé la peine avec laquelle elle ordonne la remise de la personne arrêtée, l’avocat peut faire recours en cassation dans les 5 jours à compter de la connaissance juridique de la décision.

Les motifs de recours ne peuvent être invoqués que pour violation de la loi ou pour les motifs indiqués aux lettres a), b) et c) du paragraphe 1 de l’art. 606 du code de procédure pénale italien.

Le recours contre la décision favorable à la remise doit être déposé auprès du greffier de la Cour d’Appel qui a statué sur l’affaire.

La chose importante à savoir est qu’en cas de recours en cassation, la personne arrêtée ne sera pas remise aux autorités requérantes si le recours en cassation n’a pas été tranché auparavant; en effet, le recours en cassation a un effet suspensif de la remise.

La Cour de cassation statue sur le recours dans un délai de 10 jours à compter de la réception de documents et la décision est déposée immédiatement après l’audience par une motivation contextuelle ou fournie dans le deuxième jour du jugement.

Que faire si la Cour de cassation a jugé légitime la décision de remise?

Si, après l’arrêt rendu par la Cour d’appel, la Cour de cassation a jugé légitime la disposition selon laquelle la personne arrêtée a été remise dans le pays qui a délivré le mandat d’arrêt européen, il est possible d’introduire un recours extraordinaire et urgent auprès du Cour européenne des droits de l’homme.

Il n’est possible d’utiliser cette méthode que dans des cas exceptionnels et en cas de violation des droits et libertés fondamentaux de l’homme.

Combien de temps faut-il pour que la procédure de livraison soit terminée?

La décision finale sur la procédure de remise doit être prise dans les soixante jours suivant l’arrestation.

Au cas où cette décision n’interviendrait pas dans le délai de 60 jours prévu, la Cour d’Appel doit informer immédiatement le Ministre de la Justice du retard et des motifs qui y ont donné lieu afin que l’Autorité étrangère qui a prononcé l’arrestation mandat est communiqué.

Si la décision définitive n’intervient pas dans les trente jours qui suivent, la Cour d’Appel décide si le maintien de l’arrestation est encore nécessaire, sinon ordonnant la libération de la personne arrêtée ou le remplacement de la mesure de l’arrestation en Italie avec une mesure plus douce (par exemple détention à domicile).

Lorsqu’il n’y a pas de décision et que quatre-vingt-dix jours se sont écoulés, la Cour d’appel ordonne la libération de la personne arrêtée.

Que se passe-t-il s’il y a eu une décision finale sur la livraison et que tous les délais ont été respectés?

Une fois la décision définitive rendue par la Cour d’Appel (donc également confirmée par la Cour de cassation et la tentative faite en vain à la Cour européenne des droits de l’homme), la personne doit être remise à l’État qui a demandé l’arrestation en le plus tôt possible et en tout cas dans les dix jours suivant la décision finale.

La livraison peut être suspendue pour deux raisons :

  1. lorsqu’il existe des causes de force majeure qui empêchent la livraison;
  2. lorsqu’il existe des raisons humanitaires ou des raisons sérieuses de croire que la remise mettrait en danger la vie ou la santé de la personne.

Un délai supplémentaire de dix jours est accordé pour pourvoir à la cessation des motifs qui imposaient la disposition sur la suspension de la livraison.

Si la livraison n’est pas effectuée après même le délai de dix jours suivant, la libération de la personne arrêtée est ordonnée.

Pourquoi contacter un expert avocat pour mandat d’arrêt européen en Italie?

La meilleur défense que on peut vous garantir est un résultat acquis qu’avec l’expérience et la connaissance approfondie des normes juridiques.

Dans le cas du droit pénal, il est important de connaître la législation du code pénal, la législation internationale et avoir une expérience construite au fil des ans. 

C’est pourquoi il faut faire confiance à un Avocat Pénal et international en Italie qui connaît la loi sur le mandat d’arrêt européen

Quelle est notre méthode de travail?

En contactant Avocat pour mandat d’arrêt européen en Italie vous pouvez:

-- obtenez un devis immédiat sans surprises futures. Chaque choix défensif sera convenu à l’avance avec vous, vous n’aurez pas de mauvaises surprises et vous n’aurez pas à engager de frais imprévus. Dès le début, vous saurez quels sont les frais que vous devrez supporter.

-- Soyez toujours informé de notre activité professionnelle exercée dans votre intérêt exclusif. Vous serez mis à jour étape par étape ce que nous faisons et ce qui se passera. Nous vous expliquerons les choses afin que vous puissiez comprendre le langage difficile de la loi.

-- Nous sommes toujours à vos côtés et vous pouvez toujours compter sur nous. Notre cabinet s’appelle Avocat Pénaliste H24 car nous opérons toujours 7 jours sur 7, 24 heures sur 24. Tous les jours à toute heure du jour ou de la nuit.

Lisez nos autres articles sur ce sujet:

  1. Cabinet d’Avocats International en Italie;
  2. Peine en Italie: comment purger sa peine à l’étranger;
  3. Avocat pour résolution des conflits juridiques en Italie: comment résoudre vos problèmes juridiques en Italie!
  4. Vous avez des problèmes d’arrêt de drogue en Italie?
  5. As Tu besoin d’un avocat de droit pénal en Italie?

Vous pouvez recevoir une assistance juridique ou des conseils en contactant Avocat Pénaliste H24 qui vous aidera avec un expert Avocat Avocat pour mandat d’arrêt européen en Italie.

Que disent nos clients sur nous?

Lisez nos commentaires sur Google et découvrez ce que les clients disent de notre cabinet d’avocats et de notre activité professionnelle.

Confiés à des experts.

Découvrez qui sont nos avocats ici

Quelles sont les cas traités par Avocat Pénaliste H24? 

Lisez ici tous nos articles et les cas traités et résolus par l’équipe du cabinet d’avocats Avocat Pénaliste H24.

Où opère l’Avocat Pénaliste H24?

Notre action a lieu dans les plus grandes villes italiennes où il y a nos sièges légaux. Nos bureaux principaux sont situés à Milan, Rome et Naples.

L’équipe d’Avocat Pénaliste H24 est internationale et opère dans les principales villes européennes aussi.

Nos avocats sont multilingues et assurent leur service juridique en anglais, français, espagnol et italien.

Nous garantissons notre activité juridique même en dehors de l’Europe.

Nous avons des contacts et des bureaux dans le monde entier par l’intermédiaire de notre équipe d’avocats!

Si vous souhaitez parler à l’un de nos avocats maintenant, veuillez remplir la demande ci-dessous.

Discutez avec nous maintenant
WhatsApp Facebook Messenger
Ou remplissez le formulaire ci-dessous:

    RICHIEDI UNA CONSULENZA

    Dichiaro di aver letto e accettato la Privacy Policy


    0 0 votes
    Punteggio Articolo
    guest
    0 Commenti
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires