18-07-2022

Comment nous avons réussi à faire annuler une notice rouge d’Interpol

Sujets:

Comment nous avons réussi à faire annuler une notice rouge d’Interpol

Le fait historique

Une notice rouge d’Interpol a été émise contre notre client, un citoyen libanais, sur la base du mandat d’arrêt international délivré par les autorités judiciaires libanaises, qui avaient prononcé une condamnation pénale à son encontre pour avoir émis un chèque bancaire au Liban sans garantie financière dans le montant de 413,000 dollars américains.

Il faut savoir, tout d’abord, qu’à travers le système des notices rouges d’Interpol, la recherche est organisée dans le cadre international des personnes contre lesquelles une condamnation ou une mesure conservatoire a été prononcée, afin de s’assurer que cette personne est recherchée d’ordonner leur arrestation et leur remise ultérieure par un mandat d’arrêt européen ou la procédure d’extradition.

En effet, la notice rouge d’Interpol a été émise contre notre client sur la base du mandat d’arrêt international délivré par le Liban, à la lumière d’une condamnation pénale que notre client a subie dans cet État pour avoir payé un chèque bancaire sans garantie financière d’un montant considérable de 413,000 dollars américains, un crime punissable au Liban en vertu de l’article 666 du code pénal.

Ligne téléphonique H24 pour les urgences +39 338 85 15 424.

Avocat Interpol Lebanon

Après l’émission du mandat d’arrêt international, et l’application subséquente de la notice rouge d’Interpol, notre client a été arrêté en Espagne, où une procédure d’extradition a été engagée contre lui.

Dans le cas précis, les autorités judiciaires espagnoles, après avoir étudié l’affaire en profondeur, ont décidé de ne pas organiser la livraison de notre client au Liban, car elles ne considéraient pas que le principe de la double peine du crime existait, un principe sur sur la base de laquelle, pour ordonner la remise d’une personne dans le cadre d’une procédure d’extradition, le fait litigieux doit être considéré comme un crime dans les deux États.

Dès lors, l’Espagne a considéré que le comportement reproché à notre client ne pouvait pas être considéré comme un crime en Espagne puisque, en l’absence d’éléments permettant au moins de déduire qu’il s’agissait d’une escroquerie, le paiement d’un chèque sans couverture, il ne pouvait pas être considéré comme un crime en vertu de la loi espagnole.

Au vu de ces hypothèses, donc, après avoir été arrêté pour la notice rouge d’Interpol en Espagne, notre client a été libéré par les autorités judiciaires espagnoles qui n’ont pas procédé à la procédure d’extradition qui s’est déroulée dans cet État.

Le fait qu’une condamnation contre notre client ait été prononcée contrairement à la demande d’extradition formulée par le Liban ne résolvait cependant en rien son problème puisque, précisément, la notice rouge d’Interpol demeurait et donc notre client courait également le risque d’être arrêté autre fois s’il va quitté l’Espagne, avec la réouverture consécutive de la procédure d’extradition dans un autre État.

Alors, comment avons-nous résolu le problème de notre client? Je vais vous l’expliquer ci-dessous.

Les raisons qui ont convaincu notre assistant à nous contacter

Comme je vous l’ai dit précédemment, le fait que les autorités judiciaires espagnoles aient refusé la remise dans le cadre de la procédure d’extradition était certes une bonne nouvelle pour notre client, mais cela ne résolvait en rien son problème puisque, au cas où il serait déplacé de Espagne, il courait toujours le risque d’être à nouveau arrêté et, par conséquent, il courait également le risque qu’une nouvelle procédure d’extradition soit engagée à son encontre, avec pour conséquence une éventuelle remise au Liban.

Vous comprendrez qu’il s’agissait d’un risque que notre client ne voulait plus courir, contactant donc notre cabinet d’avocats afin de vérifier la possibilité de résoudre définitivement son problème, demandant ainsi l’annulation de la notice rouge d’Interpol.

Vous devez savoir, en effet, qu’il existe une procédure par laquelle il est possible de demander l’annulation de la notice rouge d’Interpol par le biais d’une requête adressée à la Commission de contrôle des fichiers d’Interpol, cet organe qui a pour mission de vérifier la validité des notices rouges émises par Interpol et qui, après vérifications appropriées, peut prendre une décision d’annulation des notices rouges d’Interpol lorsqu’elles portent atteinte aux droits fondamentaux de la personne prévus par la Déclaration universelle des droits de l’homme, ou par le statut ou les règlements d’Interpol.

Une fois l’annulation de la notice rouge Interpol obtenue, en effet, la personne ne court plus le risque de faire l’objet d’un mandat d’arrêt international puisque son nom ne figurera plus sur la liste des personnes recherchées internationalement.

Si vous souhaitez plus d’informations sur la façon de demander l’annulation d’une notice rouge Interpol, ou sur la façon de demander la suspension de la notice rouge Interpol, je vous propose de lire les articles ci-dessus dans lesquels j’expliquerai en détail comment la procédure est structurée avant la Commission de contrôle des dossiers d’Interpol pour la suspension ou l’annulation de la notice rouge.

Notre thèse défensive

Une fois que notre client a décidé de contacter notre cabinet d’avocats pour demander l’annulation de la notice rouge d’Interpol, nous avons immédiatement commencé à enquêter sur l’affaire en profondeur, estimant injuste qu’elle puisse être recherchée dans le monde entier pour un fait qui, sous le droit de la plupart des États du monde, ce n’était même pas considéré comme un crime.

Comme je vous l’ai dit précédemment, en effet, les autorités judiciaires espagnoles avaient refusé la demande d’extradition émise par le Liban précisément en considération du fait que l’émission d’un chèque sans couverture financière (en l’absence d’éléments pouvant suggérer l’existence d’un escroquerie), ne pouvait pas être considéré comme un fait pénalement pertinent en Espagne.

En parallèle il faut savoir que, sur la base de l’article 83 du règlement Interpol sur le traitement des données, les notices rouges d’Interpol ne peuvent être émises que si 

« l’infraction en cause est une infraction de droit commun d’une particulière gravité » et qu’elle ne peut être émise en cas de : « crimes commis en violation des lois ou règlements de nature administrative ou découlant de conflits privés, sauf si l’activité criminelle vise à favoriser un crime grave ou si l’on soupçonne qu’elle est liée au crime organisé ».

En fait, dans la demande faite à la Commission de contrôle des fichiers d’Interpol, il a été souligné que la conduite reprochée à notre client n’était pas considérée comme un crime dans la plupart des pays du monde, n’ayant donc aucun sens logique dans son arrestation à portée internationale pour un fait qui ne pourrait même pas être considéré comme pénalement pertinent en dehors du Liban.

En effet, en confirmation de cette circonstance, la sentence prononcée par les autorités judiciaires espagnoles a été jointe à notre demande d’annulation de la notice rouge d’Interpol à la base de la demande d’extradition du Liban, considérant que le comportement reproché à notre client était pas considéré comme un crime en Espagne et que, par conséquent, l’exigence de la double incrimination de son comportement n’a pas été respectée.

Compte tenu également de cette circonstance, en effet, la demande d’annulation formulée auprès de la commission d’Interpol a été soulignée le fait supplémentaire que le comportement reproché à notre client au Liban ne pouvait certainement pas être considéré comme une violation « d’une gravité particulière » puisqu’il est, en fait, d’une violation dérivant d’un litige de nature privée, sans aucun rapport avec le crime organisé.

De ce point de vue, la violation des principes consacrés par l’article 83 du Règlement d’Interpol paraissait absolument évidente puisque le Liban avait émis un mandat d’arrêt international sur la base d’une condamnation pénale pour un fait qui, certes, ne pouvait être considéré comme un crime grave et qui, dans la plupart des États du monde, n’aurait même pas été sanctionné.

L’émission de la notice rouge d’Interpol, bien qu’il y ait eu une condamnation pénale au Liban, était manifestement une mesure trop grave pour notre client qui, précisément, en cas de déménagement depuis l’Espagne, risquait d’être à nouveau arrêté, pour subir alors une peine de prison, puis être remis aux autorités libanaises.

Il semblait donc clair que son éventuelle arrestation serait une mesure totalement arbitraire et en totale contradiction avec les principes fondamentaux consacrés par la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Notre demande a la commission de contrôle des fichiers d’Interpol

Dès que nous avons eu connaissance du fait qu’une notice rouge d’Interpol était bien pendante contre notre client, nous avons immédiatement procédé à la formulation d’une demande d’annulation de la notice rouge sur la base des dispositions du Statut et du Règlement d’Interpol.

Concrètement, notre demande a été adressée à la commission de contrôle des fichiers d’Interpol qui, comme je l’ai dit plus tôt, a pour tâche de statuer sur la validité des notices introduites dans le système Interpol sur la base des rapports des différents États.

Dans la demande formulée à la Commission, tous les aspects que j’ai énumérés ci-dessus ont été mis en évidence, à savoir:

  • le fait que la conduite reprochée à notre client ne pouvait être considérée comme une escroquerie;
  • le fait que la conduite contestée, ou l’émission d’un chèque sans couverture financière, n’était pas considérée comme un crime dans la plupart des États du monde;
  • le fait que, cependant, il ne s’agissait pas d’un crime grave, dérivant lui-même d’un différend de nature privée lié de quelque manière que ce soit au monde du crime organisé.

Au vu de ces éléments, il a donc été demandé à la Commission de contrôle des fichiers d’Interpol de procéder à l’annulation immédiate du nom de notre client des archives d’Interpol afin d’éviter que celui-ci ne fasse l’objet d’un nouveau mandat d’arrêt qui, notamment, cela aurait sûrement été complètement arbitraire.

La décision de la commission de controle de fichiers d’Interpol

La Commission de contrôle des fichiers d’Interpol, après avoir minutieusement étudié le cas de notre client, a décidé d’accepter notre thèse et de procéder à l’annulation de la notice rouge d’Interpol émise sur la base du mandat d’arrêt international du Liban.

comision-de-control-interpol

À l’appui de ses arguments, la Commission Interpol a déclaré ce qui suit: 

<<La Commission exprime sa vive inquiétude quant au fait que les données sur le requérant dans les archives d’INTERPOL pourraient ne pas présenter d’intérêt aux fins de la coopération policière internationale. En effet, il apparaît à la Commission que le cas particulier du requérant ne répond pas aux critères d’une « infraction grave de droit commun ». La Commission estime que ces considérations, en substance, remettent en question la mesure dans laquelle la diffusion peut atteindre son objectif, en référence aux articles 35 et 82 du décret présidentiel>>.

décision avocat interpol

Une fois l’annulation de la notice rouge d’Interpol enfin obtenue, notre client a retrouvé la possibilité d’avoir une vie normale, de pouvoir retourner se déplacer librement dans le monde sans courir le risque d’être à nouveau arrêté et de devoir faire face à une nouvelle procédure d’extradition.

La décision de la Commission de contrôle des fichiers d’Interpol a ainsi évité que les droits fondamentaux de notre client soient violés, lui permettant de pouvoir enfin vivre une vie libre.

Si vous avez d’autres questions plus spécifiques, ou si vous souhaitez des conseils plus approfondis, n’hésitez pas à nous contacter pour des conseils spécialisés sur la notice rouge Interpol ou l’annulation de la notice rouge Interpol.

Vous vous demandez comment nous réalisons le service de conseil en ligne?

Cliquez ici pour en savoir plus. Je vais vous décrire en détail comment nous réalisons le service de conseil en ligne H24.

Pourquoi contacter un expert Avocat pour Interpol?

La meilleure défense qu’on peut vous garantir est un résultat acquis qu’avec l’expérience et la connaissance approfondie des normes juridiques.

Dans le cas du droit pénal, il est important de connaître la législation du code pénal, la législation internationale et avoir une expérience construite au fil des ans. C’est pourquoi il faut faire confiance à un Avocat Pénal et international pour Interpol.

Quelle est notre méthode de travail?

En contactant Avocat pour Interpol vous pouvez:

  • obtenez un devis immédiat sans surprises futures. Chaque choix défensif sera convenu à l’avance avec vous, vous n’aurez pas de mauvaises surprises et vous n’aurez pas à engager de frais imprévus. Dès le début, vous saurez quels sont les frais que vous devrez supporter;
  • soyez toujours informé de notre activité professionnelle exercée dans votre intérêt exclusif. Vous serez mis à jour étape par étape ce que nous faisons et ce qui se passera. Nous vous expliquerons les choses afin que vous puissiez comprendre le langage difficile de la loi;
  • nous sommes toujours à vos côtés et vous pouvez toujours compter sur nous. Notre cabinet s’appelle Avocat Pénaliste H24 car nous opérons toujours 7 jours sur 7, 24 heures sur 24. Tous les jours à toute heure du jour ou de la nuit.

Lisez nos autres articles sur ce sujet:

Vous pouvez recevoir une assistance juridique ou des conseils en contactant Avocat Pénaliste H24 qui vous aidera avec un expert Avocat pour Interpol.

Comment réalisons-nous le service de conseil en ligne?

Je décris en détail comment nous réalisons le service de conseil en ligne H24.

Que disent nos clients sur nous?

Lisez nos commentaires sur Google et découvrez ce que les clients disent de notre cabinet d’avocats et de notre activité professionnelle.

Confiés à des experts.

Notice Rouge Interpol: Comment l’effacer? Affaire résolue pour notre client 🚨

Découvrez qui sont nos avocats ici

Quelles sont les cas traités par Avocat Pénaliste H24? 

Lisez ici tous nos articles et les cas traités et résolus par l’équipe du cabinet d’avocats Avocat Pénaliste H24.

Où opère l’Avocat Pénaliste H24?

Notre action a lieu dans les plus grandes villes italiennes où il y a nos sièges légaux. Nos bureaux principaux sont situés à Milan, Rome et Naples.

L’équipe d’Avocat Pénaliste H24 est internationale et opère dans les principales villes européennes aussi.

Nos avocats sont multilingues et assurent leur service juridique en anglais, français, espagnol et italien. Nous garantissons notre activité juridique même en dehors de l’Europe. Nous avons des contacts et des bureaux dans le monde entier par l’intermédiaire de notre équipe d’avocats!

Si vous souhaitez parler à l’un de nos avocats maintenant, veuillez remplir la demande ci-dessous.

Discutez avec nous maintenant
WhatsApp Facebook Messenger
Ou remplissez le formulaire ci-dessous:

    DEMANDEZ UNE CONSULTATION

    Je déclare avoir lu et accepté le Privacy Policy


    0 0 votes
    Punteggio Articolo
    guest
    0 Commenti
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires