01-06-2022

Libération de notre client après mandat d’arrêt européen. Parce que le juge a accepté notre thèse

Sujets:

Libération de notre client après mandat d’arrêt européen. Parce que le juge a accepté notre thèse

Essayez d’imaginer être dans un autre pays et être soudainement arrêté pour mandat d’arrêt européen international et blanchiment d’argent, sans comprendre pourquoi.

Essayez d’imaginer que vous vous retrouvez dans une prison, pleine de gens que vous ne connaissez pas et qui ne parlent pas votre langue, rendant impossible, par conséquent, toute communication avec les autres.

Le tout sans comprendre pourquoi.

Cela peut ressembler au scénario d’un film d’action ou même d’un film paranormal.

Au lieu de cela, c’est quelque chose qui arrive beaucoup plus souvent que vous ne le pensez.

Dans cet article, je veux vous raconter l’histoire d’un de nos clients qui s’est retrouvé impliqué dans une vaste opération de Police Judiciaire (appelée Marrakech Express), coordonnée par le Procureur de la République de Latina, et qui a été arrêté pour cette raison.

Notre Client, cependant, ne parle pas la langue italienne, il s’est donc retrouvé enfermé en prison sans savoir pourquoi.

Pour ces raisons, nous avons pu obtenir sa libération de prison.

Ligne téléphonique H24 pour les urgences +39 338 85 15 424.

Mandat d'arrêt européen pour blanchiment d'argent international

Le fait historique

L’un de nos assistants, B. N., suite à une vaste opération menée par la police de Latina, coordonnée par le parquet compétent, a été arrêté pour mandat d’arrêt européen pour blanchiment international de voitures d’occasion.

L’opération a vu de nombreuses arrestations et a été menée à l’aide d’outils d’enquête particulièrement incisifs, tels que les écoutes téléphoniques, le harcèlement et les contrôles, les perquisitions et les enlèvements.

En particulier, les voitures soumises au blanchiment auraient transité entre l’Italie et l’étranger et, notamment, la Mauritanie.

S’agissant de voitures de luxe, le gain qu’auraient fait les suspects aurait été particulièrement important et, de plus, les investigations auraient révélé un véritable réseau international extrêmement articulé.

Les nombreux épisodes, ainsi que les modalités particulièrement alarmantes du comportement illicite ont fait que les poignets des suspects ont été déclenchés par des menottes, et parmi les suspects figurait notre Client qui a été traqué en France suite à l’émission d’un mandat d’arrêt européen.

Avant d’être arrêté, cependant, il a déclaré à la police judiciaire qu’il était incapable de parler ou de comprendre la langue italienne.

C’est précisément pour cette raison que la police, très soigneusement, a nommé un interprète francophone dès le moment de l’arrestation, la seule langue parlée et comprise par notre client.

Emprisonnement en Italie pour mandat d’arrêt européen

Vous pouvez être incarcéré en Italie par décision d’un juge rendue en présence de certaines conditions à la demande du PM.

Ces exigences doivent nécessairement être indiquées dans l’ordonnance de détention provisoire et sont nécessairement (i) des indices sérieux de culpabilité et au moins (ii) une des exigences de précaution consistant à

  • danger d’évasion;
  • danger de réitération d’un comportement criminel similaire;
  • danger de pollution des preuves.

En effet, il est très important que la personne arrêtée connaisse très bien les accusations portées contre elle, afin de mieux se défendre.

Conformément à ce principe de haute civilisation juridique, la loi exige également que l’ordonnance de garde à vue soit traduite dans une langue que le suspect puisse comprendre, sous peine de nullité à opposer dans les meilleurs délais.

Dans notre cas, cependant, bien que la police ait nommé un interprète francophone pour clarifier ce qui arrivait à B., il a été notifié de l’ordre de garde à vue en Italie, avant de le conduire en prison, rédigé uniquement en italien.

Ainsi notre client comprit, grâce à l’interprète identifié par la police, qu’il était sur le point d’être conduit en prison, mais il n’en comprit pas la raison.

B. risquait plus de 12 ans de prison, sans savoir pourquoi.

Il a été emmené en prison, dans un environnement complètement nouveau, sans pouvoir communiquer et sans pouvoir expliquer à personne pour quelles raisons.

Le contenu du rapport de police

Par conséquent, les avocats Esposito et Brancaccio ont immédiatement fait de leur mieux pour extraire une copie de l’ordonnance de garde à vue et des documents qui s’y fondaient, en vue de l’interrogatoire de garantie qui aurait lieu moins de cinq jours après l’arrestation en Italie pour Mandat d’arrêt européen pour blanchiment d’argent.

Les avocats Ismaele Brancaccio et Vincenzo Ezio Esposito ont été immédiatement contactés par la famille de B. sans toutefois pouvoir expliquer pourquoi le proche était confiné, puisque même ce dernier n’avait pas été en mesure de l’expliquer.

Une fois de plus, donc, comme d’habitude dans notre travail, la rapidité et la disponibilité H24 étaient requises.

Parmi les actes à l’origine de la demande de détention provisoire et de l’ordonnance y afférente figuraient les extraits des interceptions téléphoniques ayant pour cible, entre autres, celle de B. et les informations de la Police Judiciaire, qui avaient déjà identifié le nôtre client.

Ce qui ressort de l’analyse des documents confirme ce que B. avait communiqué à ses proches: le premier n’avait pas compris un seul mot des accusations portées contre lui.

Et de fait: les écoutes téléphoniques voyaient notre Client s’exprimer uniquement en français, même pas un dans lequel un seul mot d’italien était passé parmi les documents; la Police Judiciaire, puis, en procédant correctement aux opérations d’identification, a pris soin de désigner un interprète francophone pour protéger le B.

Il ressort sans équivoque de ces données que B. était incapable de parler, encore moins de comprendre, la langue italienne et, par conséquent, les accusations portées contre lui se sont cristallisées dans l’ordonnance de garde à vue qui, nous le répétons, n’a été rédigée et notifiée qu’à en italien.

L’interrogatoire du client et la demande de mise en liberté de la défense

Lors de l’interrogatoire de garantie, tenu cinq jours après l’arrestation de notre Client, les avocats Brancaccio et Esposito, après avoir entendu, confirmant ce qu’ils savaient déjà, le client affirment au même GIP qu’il était incapable de parler ou de comprendre la langue italienne, ils ont plaidé la nullité de l’ordonnance de garde conservatoire, relevant qu’il était présumé qu’elle avait été préalablement notifiée, l’incapacité du client à la comprendre et que, par conséquent, elle devait également être notifiée traduite en français.

Les avocats Ismaele Brancaccio et Vincenzo Esposito, notamment, ont engagé une discussion longue et détaillée à l’appui de l’exception de nullité de l’ordonnance de garde à vue qui, si elle était maintenue, aurait entraîné la libération immédiate du client.

Au cours de l’entretien, notamment, la défense passa en revue l’ensemble des conclusions de l’enquête pénale, dont il ressortait clairement que B. ne parlait pas italien.

Tous les documents d’instruction ont été revus et relus dans la salle d’audience pour les présenter au juge.

Le point fondamental, en fait, n’était pas tant, ou n’était pas le seul, celui de prouver que le suspect ne parlait ni ne comprenait la langue italienne, mais que, aussi, cela était déductible avant l’émission de l’ordonnance de précaution.

En effet, s’il apparaissait uniquement lors de l’interrogatoire que le B. ne parlait pas italien, ou qu’en tout cas cela n’était appréciable que dans cette enceinte, et pas avant, aucun « reproche » n’aurait pu être adressé au Procureur, ou au GIP et l’ordonnance n’aurait fait l’objet que d’une traduction immédiate.

Étant donné que, d’autre part, la défense a pu représenter que déjà dans la phase silencieuse des enquêtes, il était facilement compréhensible que le B. n’était pas en mesure de comprendre les accusations portées contre lui, si elles n’étaient pas formulées dans une langue qu’il comprenait, alors il était évident que déjà en amont l’ordonnance devait être traduite.

En l’absence de cette réalisation, celle-ci devait être considérée comme nulle et le suspect devait être libéré de prison.

La position du PM et la décision du juge

Le procureur de la République appelé à se prononcer sur la question, malgré l’analyse minutieuse effectuée par la défense, consistant en l’analyse en temps opportun de tous les actes d’enquête effectués, a tenté de faire valoir que ce n’est qu’à ce moment-là, alors que le suspect représentait ouvertement de ne pas comprendre la langue italienne, il a été possible de comprendre ces données et, par conséquent, il a demandé que le mandat d’arrêt soit traduit immédiatement, rejetant la nullité opposée par la défense et la libération consécutive de la personne assistée.

Le juge, en revanche, a accepté les demandes de la défense, retraçant, comme les avocats Brancaccio et Esposito l’avaient déjà fait, tous les documents d’instruction, à partir desquels il était déjà facile de comprendre que B. non seulement n’avait aucune idée de la raison pour laquelle il s’y trouvait, mais il aurait dû la connaître à cause des indices révélateurs de son ignorance de la langue italienne.

Dès lors, le GIP, faisant droit à l’objection de la défense, a déclaré nulle et non avenue l’ordonnance de placement en détention provisoire en faveur de B. et a ordonné sa libération immédiate après son arrestation pour mandat d’arrêt européen et blanchiment d’argent en Italie.

libération arrestation européenne blanchiment d'argent

À ce stade, il convient de noter que la défense n’a pas, comme cela a été révélé dans un journal en Italie, trouvé le prétexte pour faire sortir son client de prison.

Les avocats Brancaccio et Esposito ont défendu la justice et le droit, qui imposent certaines formes pour protéger également le suspect.

Ne pas comprendre les raisons pour lesquelles on est arrêté est la plus terrible que l’on puisse imaginer, même lorsque cela se fait au détriment d’ « un coupable », qui doit pouvoir exercer son droit, garanti par la Constitution, de défense, y compris celui d’avouer librement .

Même l’aveu est impossible à donner de manière authentique si vous n’avez pas, en amont, éclairci le motif pour lequel vous êtes accusé.

Pourquoi contacter un expert avocat pour mandat d’arrêt européen pour blanchiment d’argent en Italie en Italie?

La meilleure défense qu’ on peut vous garantir est un résultat acquis qu’avec l’expérience et la connaissance approfondie des normes juridiques.

Dans le cas du droit pénal, il est important de connaître la législation du code pénal, la législation internationale et avoir une expérience construite au fil des ans. C’est pourquoi il faut faire confiance à un Avocat Pénal et international en Italie.

Quelle est notre méthode de travail?

En contactant Avocat pour mandat d’arrêt européen pour blanchiment d’argent en Italie vous pouvez:

  • obtenez un devis immédiat sans surprises futures. Chaque choix défensif sera convenu à l’avance avec vous, vous n’aurez pas de mauvaises surprises et vous n’aurez pas à engager de frais imprévus. Dès le début, vous saurez quels sont les frais que vous devrez supporter.
  • soyez toujours informé de notre activité professionnelle exercée dans votre intérêt exclusif. Vous serez mis à jour étape par étape ce que nous faisons et ce qui se passera. Nous vous expliquerons les choses afin que vous puissiez comprendre le langage difficile de la loi.
  • Nous sommes toujours à vos côtés et vous pouvez toujours compter sur nous. Notre cabinet s’appelle Avocat Pénaliste H24 car nous opérons toujours 7 jours sur 7, 24 heures sur 24. Tous les jours à toute heure du jour ou de la nuit.

Lisez nos autres articles sur ce sujet:

Vous pouvez recevoir une assistance juridique ou des conseils en contactant Avocat Pénaliste H24 qui vous aidera avec un expert Avocat pour Mandat d’arrêt européen pour blanchiment d’argent en Italie.

Comment réalisons-nous le service de conseil en ligne?

Je décris en détail comment nous réalisons le service de conseil en ligne H24.

Que disent nos clients sur nous?

Lisez nos commentaires sur Google et découvrez ce que les clients disent de notre cabinet d’avocats et de notre activité professionnelle.

Confiés à des experts.

Avocat en Italie pour l’extradition et le mandat d’arrêt européen (MAE). Cabinet en Italie

Découvrez qui sont nos avocats ici

Quelles sont les cas traités par l’Avocat Pénaliste H24? 

Lisez ici tous nos articles et les cas traités et résolus par l’équipe du cabinet d’avocats Avocat Pénaliste H24.

Où opère l’Avocat Pénaliste H24?

Notre action a lieu dans les plus grandes villes italiennes où il y a nos sièges légaux. Nos bureaux principaux sont situés à Milan, Rome et Naples.

L’équipe d’Avocat Pénaliste H24 est internationale et opère dans les principales villes européennes aussi.

Nos avocats sont multilingues et assurent leur service juridique en anglais, français, espagnol et italien. Nous garantissons notre activité juridique même en dehors de l’Europe. Nous avons des contacts et des bureaux dans le monde entier par l’intermédiaire de notre équipe d’avocats!

Si vous souhaitez parler à l’un de nos avocats maintenant, veuillez remplir la demande ci-dessous.

Discutez avec nous maintenant
WhatsApp Facebook Messenger
Ou remplissez le formulaire ci-dessous:

    DEMANDEZ UNE CONSULTATION

    Je déclare avoir lu et accepté le Privacy Policy


    0 0 votes
    Punteggio Articolo
    guest
    0 Commenti
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires